Skip to main content
Institute in Paris

‘Entre-tenir’: a living archive of emancipation

Note no. 1, January 2024

Download pdf (English)

Version française ci-dessous

I am delighted to have been awarded the 2023/24 Banister Fletcher Global Fellowship for my project ‘Distant Islands, Spectral Cities’, hosted by the University of London Institute in Paris (ULIP). As the work unfolds, I am publishing a series of notes that share some of the ambitions and questions driving the research, which will result in texts, invitations and conversations as well as a week of gatherings in Paris in April 2024, with satellite events in London. The project focuses on forms of political and aesthetic emancipation and imagination within minority populations in Europe, taking into account their fragility. It will do this while always keeping in view the precariousness that increasingly makes our research processes also prone to fragility, to the powerful systemic effects that undermine their ethics by threatening the production of knowledge commons. ‘Distant Islands, Spectral Cities’ marks the starting point of a collective weaving method that will initiate a ‘community of interpretation’ whose objective is to continue to develop around a site of trust and collaboration and expand beyond this first series of events and encounters.

Olivier Marboeuf

The Banister Fletcher Global Fellowship is traditionally dedicated to questions of urban planning and architecture,disciplines whose canons I have chosen to interrogate and displace from a decolonial perspective.[2] The aim is to follow the discontinuous threads of Caribbean ways of life and resistance in Paris and London, and their circulation between these two imperial capitals. The sites of knowledge and transmission, the places of memory of the Caribbean diaspora, have a particular geology, a materiality whose crises and mutations we must take the time to sense.  For this diasporic-Caribbean matter does not always take the form of familiar, solid, stable, easy-to-categorise works and figures: buildings, schools, monuments, congresses, nice colourful events or grand narratives cast into old stone in homage to our national heroes. Nor is it a docile matter from which an easy trade in metaphors might be plied and repurposed in the service of the leading art and education institutions. It demands accountability: to take its share of the risk within a community of solidarity ‘with dirty faces’,[3] as a product of the histories and life force of the displaced and dehumanised, of discounted existences that have come up against the racist social structures of the West and yet never ceased to invent – in anger and shame, in deprivation and mourning – gestures, places and aesthetics of resistance.[4] And they continue to risk doing so. The challenge of this research is to collectively develop a method that does not so much celebrate new minority heroisms as creates the conditions to embrace the impurity of damaged lives, the beauty of fragile alliances and filiations, of unfinished attempts and gestures too often subject to the Law’s injustices and History’s neglect; those gestures that persist, return and haunt. That’s why we want to weave a history that owes much to clever bricolages; to wanderings and chance encounters; to secret detours; to evening classes and all-night conversations; to forbidden, festive, spontaneous and sometimes violent demonstrations that inaugurate ephemeral places through the power of body and sound, the ruse of images and the detours of language. Since we must honour the dead and those lives deemed unworthy, we must archive their ways of standing and resisting, leaving traces on the surface and in the depths of the city. And, in turn, apprendre à les entre-tenir.

A collective, transdisciplinary approach is needed to establish a relation – a complicity even – with this dispersed, intimate, fugitive matter. It aims to explore and transmit the strands within these diasporic episodes of a constantly interrupted yet tenacious emancipation project. And in so doing, it will cultivate, through a politics of presence, all the gestures that reactivate it in support of genuine social transformation. 

A tapestry of plots: non-linear time and repetition

This short research period allows me to experiment, share and deepen a plot technique inspired by an abolitionist reading of Jamaican author and essayist Sylvia Wynter’s famous text ‘Novel and History, Plot and Plantation’[5] – an interpretation of which I proposed in my essay Suites décoloniales : s’enfuir de la plantation.[6] I’d like to work, in conversation, on weaving together past and present events, incidents and cultural artefacts that sometimes appear unconnected, yet when placed in relation to one another recall a particular emancipatory movement, in its visible and more discreet forms, its flashes and bifurcations, its aesthetics, ideals and opportunism, which may sometimes appear as betrayals. From this point of view, Stuart Hall’s legacy is decisive. His work, and that of his successors in Birmingham and elsewhere, inaugurated a vital way of thinking about what constitutes culture and tradition in the double uprooting of the Caribbean diaspora and its attempts to rebuild both a community and a capacity to act from fragmentary legacies, convivial or tragic episodes under European skies. We will turn the kind of thinking opened up by Wynter’s text into a tool to prevent these episodes from remaining temporary disruptions to the grand narrative (the plantation), instead hosting them as spaces to practise the possible (the plot, the Creole garden), connecting and growing them through repetition.

Here, the idea of repetition is twofold. It echoes a non-linear temporal epistemology, the spiral poetics of Caribbean time (Frankétienne), where everything is already there, where events keep coming back in different forms, relegating the relation to what we might call an archive. But the idea of repetition is also useful for underlining the centrality of an abolitionist politics that brings about a desirable life by practising it in fragments, by performing/repeating[7] it whenever possible – ‘life in rehearsal’ (Ruth Wilson Gilmore). Weaving a tapestry of events also implies paying attention to the ruptures in certain movements, without seeing them as synonymous with failure. These interruptions teach us a great deal about divisive strategies and contradictory impulses, as well as about power relations and false allies in a given context. They are tools and warnings from which to build future rehearsals and our commitment to them.

Interpretive community and the ethics of necessity: extractivism, responsibility and the archive as address[8]

This approach to repetition structures the ecology and ethics of the work. As already noted, we must invent its forms in light of the fragilities engendered by a knowledge economy oriented ever more to structures premised upon individual success and predation. Our aim here is to develop a relationship with the archive that goes beyond the vocabulary of ‘discovery’, the obsessive pursuit of the ‘first time’ and the ‘new’, in order to imagine regimes of value production other than those driven by extractivist fever, columbusing and similar tactics of appropriation. All these practices of interruption contribute to the dispersal of narratives and weaken their transmission. They often exclude those for whom these stories are vital presences, modes of address, even hauntings, embodied to the point of trauma. 

Research into the fragmented histories of the Caribbean should not reproduce logics of domination and patterns of material and epistemological violence which, in many ways, are responsible for the tragedy that took place in that part of the world, and still contribute to some of its structural incapacities. But we cannot ignore the damaging effects of the growing precariousness amongst art practitioners and university workers who are drawn into fierce forms of competition to survive on multiple fronts. As a result, aggressive research and production practices are spreading, fencing off parcels of knowledge and delegitimizing many ways of telling, making and imagining histories and their interconnectedness. We choose to consider these harmful systemic effects, this ‘backdrop’, as genuine methodological concerns, in order to inscribe this research in a reparative dynamic. This means questioning who has the privilege of being in the room, of sitting around the table. It also means creating hospitable conditions to engage with situated speech and vocabularies.[9] The same attentiveness will apply to the uses, benefits and futures of this research, compelling us to think about the continuity of the working community it will bring together, and the necessities and emergencies it will have to face.

This is the meaning of the second reading of the principle of repetition, which requires establishing an interpretive community[10] around an archive, i.e., a group that produces situated translations of events and traces of the past. In so doing, it creates collective property, a shared responsibility and a common project. This last point is important as it allows us to think of rehearsal (performing repetition) as a gesture that brings the potentialities of the archive into being, that takes up what was left unfinished from an event or form, and reconstitutes a filiation that produces obligation. An act of continuity in which the archive is thought of as a ‘blueprint’ – an attempt – and no longer as a commodity, a fetish on the market of cognitive capitalism. In particular, we will look at how marches, wakes, dances, storytelling and poetry, as well as a whole range of performances, participate in this practice of conservation/preparation, linking the act in the past to the act to come while concealing its stakes to the outsider’s gaze.

Entre-tenir les murs:[11] spaces of sociality

We shall see that what I referred to earlier as ‘an act of continuity’ results in a particular commitment that understands the archive as address, calling forth certain kinds of presence, of return, of involving bodies in the spaces where events occurred and could occur again so that the field of study becomes a field of action and a place of reparation. When necessary, we shall leave behind the walls of the university and artistic institutions, freeing ourselves as much as possible from the demands of production in order to collectively test certain types of knowledge and share the risks they entail with those who continue to entre-tenir them. At a time when racist and xenophobic policies are on the rise in Europe, when many lives are being criminalised and police violence is being used as a mode of urban governance, we need to find new ways of working with urban spaces where borders, fences and zones of non-being are multiplying. This politics of presence and solidarity must contribute to rethinking the very objects and stakes of our research and our work: inventing hybrid spaces capable of reconciling the actions of both research and sociality. Entre-tenir arts of resistance and archives of emancipation, constantly revitalised, rearranged and debated.

Surviving matter and masquerades: an epistemology of transfiguration and the monstrous

Finally, in order to open up the forms and vocabularies of this research still further, I feel it is important to return to some of the particularities of diasporic Caribbean matter. For these will influence the way in which we ‘breathe new life’ into past events, sedimented in the geology of European cities. The dehumanization at the heart of the Transatlantic Slave Trade itself produced new epistemological categories – speaking objects and matter – whose (re)humanizing trajectories strongly impact the aesthetics and modes of knowledge transmission that interest us. We will find traces of this passage to a new being from non-being, this indecipherable becoming, within a hair’s breadth of oblivion, through the path of darkness, in nocturnal demonstrations and riots, carnivals and balls; in the fugitive writings that run across city walls and the ungovernable infra-bass beats that make the dead the allies of the living.[12] It is to this urban art of necromancy, to this history of unspeakable places that shun definition and police control, that we wish to offer hospitality. This means welcoming artists and authors, researchers and students, choreographers, graffiti artists, poets, activists and community workers into our interpretive community, as well as the uncategorizable voices moved by this matter. All this in celebration of the desire to escape the authorities that govern knowledge and to work (in) languages capable of telling the changing state of this living matter that affects and reconstitutes the ethics of a community to come.

Translated from the French by Lisa Damon

References

[1] The expression entre-tenir evokes a community that supports each other through reparation but also conversation (‘entretien’), as a ‘holding (tenir) between one another (entre)’ that continues in our care (‘entretien’) for it. Collective speech is understood here as care that incurs no debt.

[2] Sir Banister Flight Fletcher (b. 15 February 1866, d. 17 August 1953) was a British architect and art historian. His treatise A History of Architecture (1905–1921) had a lasting influence on the history of architecture in the English-speaking world.

[3] See Olivier Marboeuf, ‘Dirty Faces’ in Art and Solidarity Reader: Radical Actions, Politics and Friendships, ed. Katya García-Antón (Valiz, 2023).

[4] See James C. Scott, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts (Yale University Press, 1992).

[5] Sylvia Wynter, ‘Novel and History, Plot and Plantation’, Savacou, no. 5 (1971): 95–102.

[6] Olivier Marboeuf, Suites décoloniales : s’enfuir de la plantation (Editions du Commun, 2022).

[7] In French, répéter means both ‘to repeat’ and ‘to rehearse’.

[8] I began a conversation about the address carried by minority archives with Haitian-born author and academic Stéphane Martelly at a conference associated with the exhibition ‘Sédiment: les archives comme base fragmentaire’ curated by Denise Ryner at the Galerie Léonard and Bina Ellen/Concordia University in Montreal (spring 2023). See: https://olivier-marboeuf.com/2023/04/02/larchive-comme-lieu-speculatif-conference-et-conversation-avec-stephane-martelly-fr/.

[9] See Olivier Marboeuf, ‘Parler avec des mots à soi / To speak with your own words’, originally published on theblog of l’Espace Khiasma, 2018, available at: https://olivier-marboeuf.com/2018/12/30/comme-un-lundi-parler-avec-des-mots-a-soi/.

[10] See Stanley Eugene Fish, Is There a Text in this Class?: The Authority of Intepretative Communities (Harvard University Press, 1982). Translated by E. Dobenesque as Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, with a preface by Yves Citton (Les Prairies Ordinaires/Éditions Amsterdam, 2007).

[11] In the working-class neighbourhoods of France and North Africa, young men deemed idle in the streets are often said to be ‘propping up the walls’ (ils tiennent les murs). This is an attempt to turn a pejorative expression on its head, by imagining the act of standing in a neighbourhood as a way of preserving it, caring for it, keeping it upright and dignified, making it habitable and inhabited. And, by extension, to stand together (se tenir ensemble), to hold on to each other (tenir les uns aux autres) as an act of protection for the forms of life we value.

[12] See Handsworth Songs, dir. Black Audio Film Collective (John Akomfrah; Reece Auguiste; Edward George; Lina Gopaul; Avril Johnson; David Lawson; Trevor Mathison) (1986).

Entre-tenir[1] : une archive vivante de l’émancipation Note n°1, Janvier 2024

Télécharger pdf (Français) 

J’ai le plaisir d’avoir reçu, il y a quelques mois, avec mon projet « Distant Islands, Spectral Cities », le Banister Fletcher Global Global Fellowship pour l’année académique 2023/24, accueilli par l’Institut de l’Université de Londres à Paris (ULIP). Au fil de ce travail en cours, je publie une série de notes pour partager quelques-unes des ambitions et des questions structurant cette recherche qui se concrétisera par des textes, invitations et conversations ainsi qu’un temps fort à Paris en avril 2024 et des évènements satellites à Londres. Ce fellowship prend pour objet les formes d’émancipation et d’imagination politiques et esthétiques de populations minorisées en Europe, en considérant leur fragilité. Il tient également compte de la précarité de gestes de recherche confrontés de manière grandissante à des effets systémiques puissants qui remettent en cause une part de leur éthique en menaçant la production de communs de savoir. « Distant Islands, Spectral Cities » marque ainsi le point de départ d’une méthode de tissage collectif qui initiera « une communauté d’interprétation » dont l’objectif est de continuer de se développer autour d’un lieu de confiance, de collaboration et de s’élargir au-delà de cette première série d’évènements et de rencontres.

Olivier Marboeuf

Ce soutien à la recherche du Banister Fletcher Global Fellowship est traditionnellement dédié aux questions d’urbanisme et d’architecture[2], disciplines dont j’ai choisi d’interroger et de déplacer les canons dans une perspective décoloniale. Ceci afin de suivre les trames discontinues de formes de vies et de résistance caribéennes à Paris et à Londres – et leur circulation entre ces deux capitales impériales. Les sites de savoir et de transmission, les lieux de mémoire des diaspora de la Caraïbe ont une géologie particulière, une matérialité dont il faut prendre le temps de ressentir les crises et les mutations. Car cette matière diaspo-caribéenne ne prend pas toujours la forme d’ouvrages et de figures confortables, solides, stables, faciles à classer : des bâtiments, des écoles, des monuments, des congrès, de gentilles manifestations colorées et des grands récits taillés dans de vieilles pierres en hommage aux héros de la nation. Ce n’est pas non plus une matière docile, qui se laisse faire et dont on peut extraire et reconduire le commerce tranquille des métaphores au service des grandes institutions de l’art et de l’éducation. Elle demande des comptes, de prendre sa part de risque au sein d’une communauté solidaire « aux visages sales »[3]. Car elle est le produit d’histoires et de puissances de vies déplacées, déshumanisées, d’existences déconsidérées qui se sont heurtées aux structures sociales racistes de l’occident et qui pourtant n’ont eu de cesse d’inventer, dans la colère et la honte, dans le dénuement et le deuil, des gestes, des lieux et des esthétiques de résistance[4]. Et continue de prendre le risque de le faire. C’est tout l’enjeu de cette recherche que d’investir une méthode qui ne vise pas à célébrer de nouveaux héroïsmes minoritaires, mais qui crée les conditions d’accueil de l’impureté de vies abîmées, de la beauté d’alliances et de filiations fragiles, de tentatives et de gestes inachevés, souvent punis par l’injustice de la loi et les négligences de l’histoire. Des gestes qui insistent et reviennent hanter les lieux. C’est pourquoi nous souhaitons tisser une histoire qui doit beaucoup aux bricolages savants, aux errances et rencontres fortuites, aux détournements secrets, aux cours du soir et aux longues conversations de la nuit, aux manifestations interdites, festives, spontanées et parfois violentes qui instituent des lieux éphémères par la force du corps et du son, par la ruse des images et les détours de la langue. Et ainsi faire honneur aux morts et aux vies indignes, faire archives des manières de se tenir, de résister en laissant des traces à la surface et dans les tréfonds de la ville. Et, à notre tour, apprendre à les entre-tenir.

Pour entrer en relation, en complicité même, avec ces matières dispersées, intimes, fugitives, une méthode collective et transdisciplinaire est nécessaire. Elle vise à explorer et à transmettre ce que ces épisodes diasporiques portent d’un projet d’émancipation sans cesse interrompu, mais tenace. Et ce faisant à cultiver, par une politique de la présence, tous les gestes qui rendent ce projet de nouveau agissant au service d’une véritable transformation sociale.

Une tapisserie de parcelles : temps non-linéaire et répétitions

Ce court temps de recherche me permet d’expérimenter, de partager et d’approfondir une technique de la parcelle (plot) inspirée d’une lecture abolitionniste du fameux texte de l’autrice et essayiste jamaïcaine Sylvia Wynter « Novel and History, Plot and Plantation »[5] – dont j’ai déjà proposé des pistes d’interprétation dans mon essai Suites décoloniales : s’enfuir de la plantation[6]. J’aimerais travailler, en conversation, sur l’agencement d’évènements, d’incidents et artefacts culturels passés et présents, parfois sans lien apparent, mais dont le tissage traduit pourtant la nature d’un mouvement d’émancipation particulier, ses formes visibles et plus discrètes, ses fulgurances et ses bifurcations. Ses esthétiques, ses idéaux et ses formes d’opportunisme qui peuvent parfois apparaître comme des trahisons. De ce point de vue, l’héritage de Stuart Hall est décisif. Ses travaux comme ceux de ses successeurs à Birmingham et ailleurs ont initié une conception essentielle de ce qui fait culture et tradition dans le double arrachement de la diaspora caribéenne et ses tentatives de recomposition d’une communauté solidaire, d’une puissance d’agir à partir d’héritages fragmentaires, d’épisodes conviviaux ou tragiques sous le ciel européen. Nous ferons de la réflexion ouverte par le texte de Wynter un outil qui vise à ne pas laisser ces épisodes rester à l’état de perturbations provisoires de la grande histoire (la plantation), mais à les accueillir au contraire comme des espaces permettant de pratiquer des possibles (la parcelle, le jardin créole) qu’il s’agira alors de relier et de faire grandir en les répétant.


Ici, l’idée de répétition est double. Elle fait écho à une épistémologie temporelle non-linéaire, à la poétique de la spirale du temps caraïbe (Frankétienne) où tout est déjà là, où les événements ne cessent de revenir dans des formes différentes, ce qui va affecter la relation à ce que l’on voudra bien appeler des archives. Mais l’idée de répétition est aussi utile pour souligner la nécessité centrale d’une politique abolitionniste qui fait advenir une vie désirable en la pratiquant par fragments, en la performant/répétant[7] à chaque fois que possible – « life in rehearsal » (Ruth Wilson Gilmore). Le tissage d’une tapisserie d’évènements oblige aussi à porter attention aux ruptures de certains mouvements sans les penser comme des synonymes d’échecs. Ces interruptions sont des motifs de savoir qui nous apprennent beaucoup des stratégies de division, des élans contradictoires tout autant que des rapports de force, faux alliés dans un contexte donné. Autant d’outils et d’avertissements pour construire les répétitions à venir et leurs engagements.

Communauté interprétative et éthique de la nécessité : extractivisme, responsabilité et archive « adressée »[8]

Cette approche de la répétition structure l’écologie et l’éthique de cette recherche. Comme nous l’avons noté en introduction, nous devons inventer ses formes à la lumière des fragilités engendrées par une économie du savoir plus que jamais orientée vers la prédation et la réussite individuelle. Notre objet est ici de développer une relation à l’archive qui dépasse le vocabulaire de la « découverte », la quête obsessionnelle de « la première fois » et de l’inédit afin d’imaginer d’autres régimes de production de valeur que la fièvre extractiviste, le columbusing et aux autres tactiques d’appropriation. Toutes ces pratiques d’interruptions qui contribuent à la dispersion des récits et fragilisent leurs transmissions, qui écartent aussi souvent celles et ceux pour qui ces histoires sont des présences vitales, des adresses, des hantises même, incarnées jusqu’au traumatisme.

Une recherche qui a trait à des histoires fragmentaires de la Caraïbe ne saurait reproduire des logiques de domination et des motifs de violence matérielle et épistémologique qui, à bien des égards, sont à l’origine de la tragédie de cette région du monde et contribuent aujourd’hui encore à certaines de ses incapacités structurelles. Mais nous ne pouvons ignorer les effets néfastes de la précarité grandissante des acteur·ices de l’art et de l’université qui les entraîne dans des formes de compétition féroces pour survivre sur différentes scènes. Avec pour conséquence des pratiques agressives de recherche et de production qui s’étendent en clôturant des parcelles de savoirs et en délégitimant de nombreuses manières de dire, de faire et d’imaginer les histoires et leurs interdépendances. Nous choisissons de considérer ces effets systémiques nocifs, ces « arrière-plans » comme de véritables préoccupations méthodologiques afin d’inscrire cette recherche dans une dynamique de réparation. Cela implique de questionner qui a le privilège d’être dans la pièce, de se tenir autour de la table. Mais aussi de créer les conditions d’une hospitalité pour des paroles et des vocabulaires situés[9]. Cette attention s’applique également aux usages, bénéfices et devenirs de cette recherche, ce qui oblige à penser la continuité de la communauté au travail qu’elle rassemblera et les nécessités, les urgences auxquelles elle devra faire face.

C’est le sens de la deuxième lecture du principe de répétition qui suppose l’institution d’une communauté interprétative[10] autour des archives, c’est-à-dire d’un groupe qui produit des traductions situées d’événements et de traces du passé. Et qui fabrique ainsi une propriété collective, une responsabilité et un projet partagés. Ce dernier point est d’importance car il permet de penser la performance de la répétition (rehearsal) comme un geste qui fait advenir les potentialités des archives, poursuit ce qu’un événement, une forme tentait de réaliser et qui est resté inachevé, recompose une filiation qui oblige. Acte de continuité où l’archive est pensée comme un « blueprint » – une tentative – et non plus comme une marchandise, un fétiche sur le marché du capitalisme cognitif. Nous examinerons notamment comment les marches, les veillées, les danses, les pratiques du récit et de la poésie ainsi que tout un jeu de performances participent de cette pratique de conservation / préparation qui relie l’acte passé à l’acte à venir tout en dissimulant ses enjeux pour un regard extérieur.

Entre-tenir les murs[11] : lieux de sociabilité

Nous verrons aussi que ce que je nommais plus tôt « un acte de continuité » a pour conséquence un engagement particulier qui voit dans l’archive une adresse appelant à des formes de présence, de retour, d’implication des corps dans les espaces où les événements se sont produits et pourraient se reproduire – le terrain d’étude devient terrain d’action et lieu de réparation. Il faudra ainsi sortir à chaque fois que nécessaire des murs de l’université et des institutions artistiques, s’affranchir autant que possible des exigences de production pour éprouver collectivement certains savoirs et partager les risques qu’ils impliquent avec celles et ceux qui continuent à les entretenir. A l’heure d’une montée des politiques racistes et xénophobes en Europe, de la criminalisation de nombreuses vies et de l’expansion du recours aux violences policières comme mode de gouvernance des villes, il nous faut chercher de nouvelles manières de travailler en lien avec des espaces urbains où se multiplient les frontières, les clôtures et les zones de non-existence. Cette politique de la présence et de la solidarité doit contribuer à repenser les objets et les enjeux même de nos recherches, de nos œuvres : inventer des espaces hybrides capables de concilier les différents gestes de recherche et de création de la société. Entre-tenir des arts de la résistance et des archives de l’émancipation, sans cesse revitalisées, ré-agencées et débattues.

Matières survivantes et mascarades : épistémologie de la transfiguration et du monstrueux

Pour finir, il me semble important, afin d’ouvrir plus largement encore les formes et les vocabulaires de cette recherche, de revenir sur quelques unes des particularités des matières de la Caraïbe diasporique. Car celles-ci vont influencer la manière de « redonner vie » à des événements passés, sédimentés dans la géologie des cités européennes. La déshumanisation au cœur de la Traite transatlantique a elle-même produit de nouvelles catégories épistémologiques, les objets et matières parlantes, dont la trajectoire vers un (re)devenir humain impacte fortement les esthétiques et les modes de transmissions du savoir qui nous intéressent. Ce passage vers un nouveau vivant à partir du non-être, ce devenir indéchiffrable, au plus près de la chute et par les chemins de la nuit, nous en retrouverons des traces dans les manifestations nocturnes et les émeutes, les carnavals et les balls, les écritures fugitives qui courent sur les murs de la ville et les infrabasses ingouvernables qui font des morts les alliés des vivants[12]. C’est à cet art urbain de la nécromancie, à cette histoire des lieux innommables, qui fuient les définitions et les mains policières, à laquelle nous souhaitons offrir hospitalité. Cela implique d’accueillir au sein de cette communauté interprétative des artistes et auteur·ices, des chercheur·euses et étudiant·es, des chorégraphes, des graffeurs, des poètes, des activistes, des acteur·ices associatifs ainsi que des voix que cette matière traverse et qui échappent à toutes les catégories. Tout cela en célébrant le désir de défaire les autorités du savoir et de travailler (dans) des langues capables de rendre compte de cet état changeant d’une matière vivante qui affecte et recompose l’éthique d’une communauté à venir. 

les références

[1] L’expression « entre-tenir » tente d’évoquer une communauté qui à la fois se soutient, s’entretient au sens d’une réparation mais aussi d’une conversation. La parole collective est ici pensée comme un soin qui ne produit pas de dette.

[2] Sir Banister Flight Fletcher (né le 15 février 1866, décédé le 17 août 1953) était un architecte et historien de l’art britannique. Son traité A History of Architecture (1905-1921) a exercé une influence durable sur l’histoire de l’architecture dans le monde anglophone. 

[3] Voir : Olivier Marboeuf, « Dirty faces » [visages sales] in Art and Solidarity Reader: Radical Actions, Politics and Friendships, dir. Katya García-Antón, Valiz, 2023.

[4] Voir : James C. Scott, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts (Yale University Press, 1992).

[5] Sylvia Wynter, « Novel and History, Plot and Plantation », Savacou, no. 5 (1971), p.95–102.

[6] Olivier Marboeuf, Suites décoloniales : s’enfuir de la plantation, Editions du Commun, 2022.

[7] En français répéter signifie à la fois « to repeat » and « to rehearse ».

[8] J’ai débuté une conversation à propos de l’adresse que portent les archives minoritaires avec l’autrice et universitaire d’origine haïtienne Stéphane Martelly à l’occasion d’une conférence associée à l’exposition « Sédiment : les archives comme base fragmentaire » curatée par Denise Ryner à la Galerie Léonard et Bina Ellen / Université de Concordia à Montréal (printemps 2023). Voir: https://olivier-marboeuf.com/2023/04/02/larchive-comme-lieu-speculatif-conference-et-conversation-avec-stephane-martelly-fr/.

[9] Voir : Olivier Marboeuf, « Parler avec des mots à soi », Blog de l’Espace Khiasma, 2018, republié ici : https://olivier-marboeuf.com/2018/12/30/comme-un-lundi-parler-avec-des-mots-a-soi/.

[10] Voir : Stanley Eugene Fish, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, trans. E. Dobenesque et avec une préface par E. Citton, Les Prairies Ordinaires/ Éditions Amsterdam, 2007.

[11] On dit souvent dans les quartiers populaires de France et du Maghreb que les jeunes hommes qui ne font rien dans les rues, « tiennent les murs ». Nous tentons ici de retourner cette expression péjorative qui décrit le désœuvrement en imaginant une possibilité de se tenir dans un quartier comme manière de le conserver, de le soigner, de le tenir debout, digne, de le rendre habitable et habité.

[12] Voir : Handsworth Songs, dir. Black Audio Film Collective (John Akomfrah; Reece Auguiste; Edward George; Lina Gopaul; Avril Johnson; David Lawson; Trevor Mathison) (1986).