Skip to main content
Institute in Paris

Distant Islands, Spectral Cities

Olivier Marboeuf’s 2023/24 Banister Fletcher Global Fellowship programme is entitled ‘Distant Islands, Spectral Cities’. It will engage in collaborative work with a number of individuals, frontline associations and networks in the Paris and London areas to build a series of seminars and joint investigations. Le projet porté par Olivier Marboeuf s’intitule « Distant Islands, Spectral Cities » et engage un travail en collaboration avec un certain nombre d’intervenants, d’associations et de réseaux actifs dans les régions de Paris et de Londres afin construire une série de séminaires et d’enquêtes conjointes. 

Content directory / Sommaire:

  • Introduction
  • About Olivier Marboeuf / A propos d’Olivier Marboeuf
  • Programme of events / Programme des événements 
  • Notes for a gathering to come / Notes pour une rencontre à venir


 

Introduction

The University of London Institute in Paris is delighted to welcome Olivier Marboeuf, who will be taking up the fourth iteration of the Banister Fletcher Global Fellowship, an opportunity for comparative and collective work in Urban Studies established with the support of the Banister Fletcher Trust and in collaboration with the Bartlett School of Architecture (UCL) and the School of History (QMUL).

The fourth edition of the Banister Fletcher Global Fellowship (2023/24), led by Olivier Marboeuf, is entitled 'Distant Islands, Spectral Cities'. This programme will examine the 'boomerang effect' (Aimé Césaire) of 'the invention of the Caribbean' on Western societies. In particular, we will look at all the human, cultural, economic and epistemological consequences of this 'invention' on the infrastructures and sociabilities of the capitals of the major empires that contributed to it: Paris and London.

The process of dispersal at work in the construction of the Caribbean did not end with the culmination of the colonial period. It has continued to the present day through various diasporic dynamics that have led a large proportion of Caribbean populations to cross the ocean once again to settle in these two European cities. But how can we identify, now, these presences and their intensities? On the basis of what traces and places, matters and signs, events and languages, could we imagine the transformative effect of these diasporas?

Following in the footsteps of Paul Gilroy's celebrated work, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness (1995), we would like to design and share tools for observing the Caribbean contributions to certain European urbanities. These are industrial histories as much as they are missing and fleeting archives that engage the memory of the body (dance, music, taste, smells); fragile or ephemeral constructions (markets, shops); itinerant or oppositional architectures and micropolitics (riots and carnivals; spaces for archiving, care and struggle).

Along this path, we will share and study texts and films. But we will also need to build spaces and echo chambers in order to host and amplify affected voices of storytellers able to speak from intimate perspectives. To counter the risk of knowledge extraction and the reproduction of violence that founded the Caribbean trauma, we will imagine this research as a space of shared involvement and responsibilities. This space of solidarity in between Paris and London, constructed through the lens of the Caribbean diaspora, will deal with strategies of self-representations and ruses, visibility and invisibility, in particular in relation to ongoing realities and forms of racial violence in each city. 

The aim of this programme is to survey the cities in search of traces and to draw a moving map of community solidarity, considering the psychological, material and emotional consequences of the spectre of debt and imagining possible contributions to reparations. 

The conversations and associated events throughout the academic year will promote radical hospitality towards different forms of knowledge production in order to imagine and rehearse spaces for liveable Black lives and transmissions. Academic research will dialogue with local activism, poetry, music and a wide range of emotional and situated knowledges, engaging the struggle for the right to breathe together. Streets and dancefloors, flesh and machines, raw and digital material, gardens and conference halls, talks and listening sessions, small and large gatherings, whispers and screams will compose our collective vocabulary to express the vital power of Caribbean diasporic experiences and futurities. 

Introduction

L’Institut de l’Université de Londres à Paris est heureuse d’accueillir Olivier Marboeuf, qui est le bénéficiaire de la quatrième édition du Banister Fletcher Global Fellowship, une opportunité de travail comparatif et collectif en Études Urbaines développée avec le soutien du Banister Fletcher Trust, en collaboration avec l’École d’Architecture de Bartlett (UCL) et l’École d’Histoire (QMUL).

La quatrième édition du Banister Fletcher Global Fellowship (2023/24), porté par Olivier Marboeuf, s’intitule « Distant Islands, Spectral Cities » (îles lointaines, villes spectrales). Ce programme examinera l’effet retour (Aimé Césaire) de « l’invention des Caraïbes » sur les sociétés occidentales. En particulier, cette recherche examinera toutes les conséquences humaines, culturelles, économiques et épistémologiques de cette « invention » sur les infrastructures et les sociabilités des capitales des grands empires qui y ont contribué : Paris et Londres.

Le processus de dispersion à l’œuvre dans la construction des Caraïbes ne s’est pas achevé avec la fin de la période coloniale. Il s’est poursuivi jusqu’à nos jours au travers de diverses dynamiques diasporiques qui ont conduit une grande partie des populations caribéennes à traverser à nouveau l’océan pour s’installer dans ces deux villes européennes. Mais comment identifier maintenant ces présences et leurs intensités ? Sur la base de quelles traces et lieux, matières et signes, événements et langues, pourrait-on imaginer l’effet transformateur de ces diasporas ?

Sur les traces du célèbre ouvrage de Paul Gilroy, The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness (1995), nous souhaitons concevoir et partager des outils pour observer les contributions caribéennes à certaines urbanités européennes. Il s’agit autant de prendre en considération des histoires industrielles manquantes que des archives fugitives qui engagent la mémoire du corps (danse, musique, goût, odeurs) ; des constructions fragiles ou éphémères (marchés, magasins) ; des architectures itinérantes ou oppositionnelles et des micropolitiques (émeutes et carnavals, espaces d’archivage, de soins et de lutte).

Tout au long de ce chemin, nous partagerons et étudierons des textes et des films. Mais nous devrons également construire des espaces et des chambres d’écho afin d’accueillir et d’amplifier les voix affectées de conteurs et conteuses capables de parler à partir de perspectives intimes. Pour contrer les risques d’extraction de savoir et de reproduction de la violence qui a fondé le traumatisme caribéen, nous imaginerons cette recherche comme un espace de participation et de responsabilités partagées. Cet espace de solidarité entre Paris et Londres, construit au travers du prisme de la diaspora caribéenne, s’intéressera aux stratégies d’autoreprésentation et de ruses, de visibilité et d’invisibilité, notamment en lien avec les formes actuelles de violence raciale dans chacune des deux villes. 

L’objectif de ce programme est de sonder les villes à la recherche de traces et de dresser une carte mouvante des communautés de solidarité tout en considérant les conséquences psychologiques, matérielles et émotionnelles du spectre de la dette et en imaginant d’éventuelles contributions aux réparations. 

Les conversations et les événements associés tout au long de l’année académique favoriseront l’hospitalité radicale envers différentes formes de production de connaissances afin d’imaginer et de pratiquer des espaces pour des vies et des transmissions noires. La recherche universitaire dialoguera avec l’activisme local, la poésie, la musique avec un large éventail de savoirs émotionnels et situés, afin d’engager une lutte pour le droit de respirer ensemble. Rues et pistes de danse, chair et machines, matières premières et numériques, jardins et salles de conférence, lectures et séances d’écoute, petits et grands rassemblements, murmures et cris composeront notre vocabulaire collectif pour exprimer le pouvoir vital des expériences et des futurs de la diaspora caribéenne. 

About Olivier Marboeuf

Olivier Marboeuf (France, 1971) is an author, storyteller, film producer and independent exhibition curator of Caribbean origin. After his studies in the sciences (mathematics and biology) at the University of Paris XI-Orsay, he created in 1992, with the author Yvan Alagbé, the alternative comic press edition AMOK and then the art centre Espace Khiasma in Les Lilas, a northeastern outskirts of Paris, which he directed from 2004 to 2018.

He taught visual arts from 2002 to 2008 at the École Supérieure d’Art in Nancy (France) and critical visual theory at Advanced Master of Sint Lucas – Antwerp (2020–2021). He has been an external tutor for MFA at Goldsmiths, University of London, HEAD Genève and École de Recherche Graphique in Brussels. He also frequently contributes workshops and master classes in French and international fine art schools and universities. He was adviser for the Fondation National des arts Graphiques et Plastiques – Fondation Rothschild from 2014 to 2015 and was on the jury for the acquisitions of the National Collection for Fine Arts from 2016 to 2018. He is currently a member of the artistic council of the Akademie des Künste der Welt in Cologne, and from 2020 he has been part of the Ateliers Médicis research and writing residency programme in Clichy-Montfermeil (in the outskirts of Paris).  

At Khiasma, one of the first artistic venues to take an interest in postcolonial perspectives in France, he developed a programme focusing on the representation of minorities and overseas diasporas, associating seminars, exhibitions, projections, debates, and collaborative projects with local communities. Interested in different modalities for the transmission of knowledge, he reinvests the figure of the storyteller by imagining him/her as a position from which it is possible to organise stories, interrogate manners of speaking and the structures of power in the artistic and cultural field. In parallel, he develops texts and essays about decolonial practices in the fields of culture and questioning the body as an archival space. A selection of texts is accessible on the blog Toujours Debout. His performance work takes place in spaces dedicated to contemporary art and live performance art, but also university or scientific seminars. He collaborates with researchers, artists and collectives such as Ding Ding Dong (with Emilie Hermant, Vinciane Despret, Isabelle Stengers...).  

In recent years, his work has focused on new epistemologies of the Caribbean, non-extractive art practices, diasporic identities and the creation of alternative pedagogical platforms to train Caribbean researchers, artists and cultural actors. He participates in the Rayo inter-Caribbean research programme and develops residency and cultural mediation programmes from a decolonial perspective. He is scientific adviser to the seminar programme for the Year 2024 of Overseas Territories in France.  

A propos d’Olivier Marboeuf

Olivier Marboeuf (France, 1971) est un auteur, conteur, producteur de films et commissaire d’exposition indépendant d’origine caribéenne. Après ses études en sciences (mathématiques et biologie) à l’Université de Paris XI-Orsay, il a fondé en 1992, avec l’auteur Yvan Alagbé, les éditions de bande dessinée alternative AMOK puis a participé à la création du centre d’art Espace Khiasma aux Lilas, dans la banlieue nord-est de Paris, dont il a assuré la direction artistique de 2004 à 2018.

Il a enseigné les arts visuels de 2002 à 2008 à l’École Supérieure d’Art de Nancy (France) et la théorie visuelle critique à l’Advanced Master of Sint Lucas – Anvers (2020–2021). Il a été tuteur externe pour MFA à Goldsmiths, Université de Londres, HEAD Genève et École de Recherche Graphique à Bruxelles. Il propose également fréquemment des ateliers et à des master classes dans des écoles d’art et des universités françaises et internationales. Il a été rapporteur pour les bourse de la Fondation National des arts Graphiques et Plastiques – Fondation Rothschild de 2014 à 2015 et a fait partie du jury pour les acquisitions de la Collection Nationale des Arts Plastiques de 2016 à 2018. Il est actuellement membre du conseil artistique de l’Akademie des Künste der Welt à Cologne et, depuis 2020, il fait partie du programme de résidence de recherche et d’écriture des Ateliers Médicis à Clichy-Montfermeil (banlieue de Paris). 

À Khiasma, l’un des premiers lieux artistiques à s’intéresser aux perspectives postcoloniales en France, il a développé un programme axé sur la représentation des minorités et des diasporas d’outre-mer, associant séminaires, expositions, projections, débats et projets collaboratifs avec les communautés locales. Intéressé par les différentes modalités de transmission du savoir, il réinvestit la figure du conteur en l’imaginant comme une position à partir de laquelle il est possible d’interroger les histoires, les manières de parler et les structures de pouvoir dans le domaine artistique et culturel. Parallèlement, il développe des textes et des essais sur les pratiques décoloniales dans les domaines de la culture et interroge le corps comme espace d’archive. Une sélection de textes est accessible sur le blog Toujours Debout. Son travail de performance se déroule dans des espaces dédiés à l’art contemporain et au spectacle vivant, mais aussi au sein de séminaires universitaires ou scientifiques. Il collabore avec des chercheurs, des artistes et des collectifs comme Ding Ding Dong (avec Emilie Hermant, Vinciane Despret, Isabelle Stengers...). 

Ces dernières années, son travail s’est concentré sur les nouvelles épistémologies de la Caraïbe, les pratiques artistiques non extractives, les identités diasporiques et la création de plateformes pédagogiques alternatives pour former des chercheur ·euse·s , des artistes et des acteur·rice·s culturel·le·s caribéens. Il participe au programme de recherche inter-caribéen Rayo et développe des programmes de résidence et de médiation culturelle dans une perspective décoloniale. Il est conseiller scientifique du programme de séminaires pour l’année 2024 des Territoires d’Outre-Mer en France. 

Programme of events

The programme consists of three distinct gatherings: 

4 March 2024 - Weaving a spiral of archives in London

For the inaugural series of gatherings, a preliminary workshop taking place in London explores sensory and embodied methodologies. This workshop brings together participants through a blend of poetic lectures, immersive musical listening sessions, guided walks, and discussions.

Find out more about the 'Weaving a spiral of archives in London' event.

22 - 26 April 2024 - 'Distant Islands, Spectral Cities'

For this second series of gatherings in his ‘Distant Islands, Spectral Cities’ research project, Olivier Marboeuf continues to explore and re-read, with a wide range of guests (authors, artists, activists, academics) the struggles and celebrations, modes of presence and aesthetics of the Caribbean diasporas in Paris and London. A week-long main series of events in Paris combining discussion panels and urban walks, screenings and music, sound pieces and poetry readings, this programme recomposes another Caribbean landscape ‘in places without mercy’, a political scene of breath and joy, of cunning and resistance. 

Find out more about the week-long 'Distant Islands, Spectral Cities' event programme.

May 2024 - TBC

Save the date for the concluding event of the 'Distant Islands, Spectral Cities' series, scheduled for Thursday 30 May 2024. Further details and announcements regarding this event will be released in due course.

A series of texts and interviews, published online monthly beginning in January 2024, will announce progressively the contents and problematics of the programme, as well as participants. Please scroll down the web page to review these entries.

Stay informed, sign-up for our newsletter or keep an eye on our events section.

For any enquiries, please contact Dr Shela Sheikh.

Programme des événements

Le programme se compose de trois rencontres distinctes :

4 mars 2024 - Weaving a spiral of archives in London

Pour la série inaugurale de rencontres, un atelier préliminaire se déroulant à Londres explore les méthodologies sensorielles et incarnées. Cet atelier réunit les participants à travers un mélange de conférences poétiques, de séances d'écoute musicale immersive, de promenades guidées et de discussions.

Pour en savoir plus sur l'événement veuillez visiter 'Weaving a spiral of archives in London'.

22 - 26 avril 2024 - "Distant Islands, Spectral Cities"

Pour cette deuxième série de rencontres dans le cadre de son projet de recherche "Distant Islands, Spectral Cities", Olivier Marboeuf continue d'explorer et de relire, avec un large éventail d'invités (auteurs, artistes, activistes, universitaires), les luttes et les célébrations, les modes de présence et l'esthétique des diasporas caribéennes à Paris et à Londres. Une série principale d'événements d'une semaine à Paris combinant des panels de discussion et des promenades urbaines, des projections et de la musique, des pièces sonores et des lectures de poésie, ce programme recompose un autre paysage caribéen "dans des lieux sans merci", une scène politique de souffle et de joie, d'astuce et de résistance.

Pour en savoir plus sur l'événement veuillez visiter la programmation de'Distant Islands, Spectral Cities'

mai 2024 - À confirmer

Réservez la date pour l'événement de clôture de la série "Distant Islands, Spectral Cities", prévu pour le jeudi 30 mai 2024. De plus amples détails et annonces concernant cet événement seront publiés en temps voulu.

 

Une collection de textes et d’interviews, publiés mensuellement à partir de janvier 2024, annoncera progressivement le contenu et les problématiques du programme, ainsi que les participant·es. 

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter ou gardez un œil sur notre rubrique événements.

Pour toute demande de renseignements, veuillez contacter Dr. Shela Sheikh.

Notes for a gathering to come / Notes pour une rencontre à venir

Notes for a gathering to come 

This series of texts and interviews, published online monthly beginning in January 2024, announces progressively the contents and problematics of the programme, as well as participants.

Notes pour une rencontre à venir

Cette collection de textes et d’interviews, publiés mensuellement à partir de janvier 2024, annonce progressivement le contenu et les problématiques du programme, ainsi que les participant·es. 

‘“Entre-tenir”: a living archive of emancipation’, Note no. 1, January 2024

Download PDF (English)

 « Entre-tenir : une archive vivante de l’émancipation », Note n°1, Janvier 2024 

Télécharger PDF (Français) 

 " I invent nothing, I repeat and insist: cultivating an archive of one’s own", Note no. 2, February 2024

Download PDF (English)

 « Je n’invente rien, je répète et j’insiste : cultiver une archive à soi », Note no. 2, février 2024

Télécharger PDF (Français)