Skip to main content
Event

Ecologies of Publishing: Anticolonial legacies and South–South archipelagos

Event information>

Dates
Time
5:00 pm to 7:00 pm
Location

Online

Session 5 of “Ecologies of Publishing” turns to historical examples of publishing and print culture as key technologies in anti-colonial internationalism and solidarity. What are the contemporary legacies of these across today’s Global Souths, and what possibilities for infrastructures that bypass Northern publishing monopolies?

Anticolonial legacies and South–South archipelagos

Introduction

If nowadays global anti-imperial and anti-capitalist struggles are to a large degree underpinned by online news platforms and social media, how was international solidarity and anti-colonial worldmaking previously practiced through the offline, often hand-to-hand circulation of printed matter (for instance, political and cultural newspapers, and literary magazines), not to mention the presence of posters and graffiti (also forms of publishing) in public space?

How can today’s technological publishing infrastructures uphold the political gestures of historical anti-colonial struggles, all the while mindful of the “recursive colonialism” and surveillance systems of Western technology and the digital sphere?

How, following the discussions in session 2 on the hegemony of major publishing monopolies from the Global North and their aggressive branding strategies, can alternative infrastructures of distribution be enacted that produce South–South relations and archipelagos?

In short, how can publishing function in the service of self-determination? And how, continuing from our discussions in session 4 on the politics of translation, are anti-colonial journals both the product of certain linguistic communities and producers of communities-in-translation?

What is the role of contemporary anti-colonial publishing in the intergenerational transmission of resistance, and in the strengthening of anti-colonial diasporas

Speakers

Aïcha Diallo

Diallo is a cultural analyst, educator, curator and editor. She is currently a PhD candidate in Urban Studies and Planning at the University of Sheffield (Centre for Doctoral Training in Emerging Urban Inequalities).

Previously, she was in charge of education and outreach at DAS MINSK, Kunsthaus in Potsdam. For several years, as part of the founding team, she worked as managing editor for the art magazine Contemporary And (C&) and curated exhibitions and events for the off-program of the Biennale Dak’Art.

Diallo was co-programme director of KontextSchule, a two-year training programme centered on socially engaged art practices for artists and teachers based at the Institute for Art in Context at the Universität der Künste Berlin (University of the Arts, Berlin).

In addition, she has worked for the pan-African cultural platform Chimurenga in Cape Town and the Institut für Auslandsbeziehungen (ifa) exhibition project prêt-à-partager. She was co-founder of the all-Black theatre troupe Label Noir, contributing guest editor of the Platform Africa edition of the photography magazine Aperture, and member of the 2020 Soros Arts Fellowship selection committee.

Diallo is also co-editor of the trilingual anthology Untie to Tie: Colonial Fragments in School Contexts. Her doctoral research project examines how epistemological erasures and voids as well as the notions of blackness and race are intertwined with repair and creative infrastructures in the urban spaces of Berlin and Dakar.

Diallo holds a BA in European Studies from Queen Mary, University of London and an MA in Intercultural Education from Freie Universität Berlin.

Katerina Gonzalez Seligmann

Seligmann (they or she pronouns) is a scholar of Caribbean literature and intellectual history, a literary translator, and the author of Writing the Caribbean in Magazine Time (Rutgers University Press, 2021).

Seligmann is an Associate Professor of Spanish and Caribbean Studies at the University of Connecticut in the Department of Literatures, Cultures, and Languages and El Instituto: Institute of Latina/o, Caribbean, and Latin American Studies.

Seligmann is also a researcher in the Aimé Césaire group of the Francophone Manuscripts Team at the Institute of Texts and Manuscripts (ITEM) at the École normale supérieure in Paris and has published essays on topics of Caribbean intellectual history including translation, adaption, literary infrastructure, and literary magazines.

Pascale Obolo

Obolo (born in Yaoundé, Cameroon) is a filmmaker-researcher, independent curator and editor of the art journal Afrikadaa.

She studied at the Conservatoire Libre du Cinéma Français in the directing section, then obtained a master's degree in cinema at Paris 8, in experimental cinema.

Her latest work questions archives through the construction of historical narratives in a decolonial perspective, around the visual and cultural representations of political and economic history, through photography, video, performance and music.

Pascale's research focuses on the different practices of knowledge transmission and decolonial pedagogies in art and in activist circles. Exposing thought in all its forms is her curatorial practice.

She practices exhibition making as a collaborative artistic activity, reinforcing artistic and social dialogue. She shares an interest in collective forms of cultural production, particularly in how erased narratives and individual acts of imagination and fabulation in shared contexts can again exist and become collective.

She directs the African Art Book Fair, an independent publishing fair focusing on editorial practices and supporting qualitative and unique publishing practices. She has recently joined the team of Miss Read (the Berlin Art Book Festival & Fair) as co-director.

The Black Panther Intercommunal news service

Héritages anti-coloniaux et archipels Sud–Sud

Introduction

Durant la séance 5 de la série de séminaires Écologies de l’édition, nous nous tournerons vers des exemples historiques issus de l’édition et de la culture imprimée en les considérant comme des technologies clés de l’internationalisme et de la solidarité anticoloniale. Quels sont les héritages contemporains de ces technologies dans et à travers les Suds?

Et quelles sont les possibilités de créer des infrastructures d’échange et de distribution qui contournent les monopoles d’édition du Nord et leurs stratégies de marque agressives ? Les intervenantes de cette session sont Aïcha Diallo, Katerina Gonzalez Seligmann et Pascale Obolo.

A propos de l'événement

Si, de nos jours, les luttes anti-impériales et anticapitalistes mondiales sont dans une large mesure soutenues par les plateformes d’information en ligne et les médias sociaux, comment la solidarité internationale et le Worldmaking anticolonial étaient-ielles autrefois pratiqué·e·s à partir d’une circulation hors ligne d’imprimés, souvent de la main à la main (par exemple, les journaux politiques et culturels, et les magazines littéraires), sans parler de la présence d’affiches et de graffitis dans l’espace public ?

Comment les infrastructures technologiques d’édition d'aujourd’hui peuvent-elles soutenir les gestes politiques des luttes anticoloniales historiques, tout en tenant compte du colonialisme récursif et des systèmes de surveillance de la technologie occidentale et de la sphère numérique ?

Après les discussions de la séance 2 sur l’hégémonie des grands monopoles de l’édition du Nord et leurs stratégies de marque agressives, comment des infrastructures de distribution alternatives peuvent-elles être mises en place pour produire des relations et des archipels Sud-Sud ? En bref, comment l'édition peut-elle fonctionner au service de l’autodétermination ?

Et comment, dans le prolongement de nos discussions de la séance 4 sur la politique de traduction, les revues anticoloniales sont-elles à la fois le produit de certaines communautés linguistiques et les producteurs de communautés-en-traduction ? Quel est le rôle de l’édition anticoloniale contemporaine dans la transmission intergénérationnelle de la résistance et dans le renforcement des diasporas anticoloniales?

Intervenantes

Aïcha Diallo

Diallo est analyste culturelle, éducatrice, commissaire d’expositions et éditrice. Elle est actuellement doctorante en études urbaines et planification à l’Université de Sheffield (Centre de formation doctorale sur les inégalités urbaines émergentes).

Auparavant, elle était chargée de l’éducation et de la sensibilisation à DAS MINSK, Kunsthaus à Potsdam. Pendant plusieurs années, en tant que membre de l’équipe fondatrice, elle a travaillé comme rédactrice en chef pour le magazine d’art Contemporary And (C&) et a assuré le commissariat d’expositions et d’événements pour le programme « off » de la Biennale Dak’Art.

Diallo a été codirectrice de KontextSchule, un programme de formation de deux ans axé sur les pratiques artistiques socialement engagées pour les artistes et les enseignants basés à l’Institut pour l’art en contexte de l’Universität der Künste de Berlin.

Elle a travaillé par ailleurs pour la plateforme culturelle panafricaine Chimurenga à Cape Town et pour le projet d’exposition prêt-à-partager de l’Institut für Auslandsbeziehungen (ifa). Elle est cofondatrice de la troupe de théâtre Label Noir, rédactrice invitée et contributrice de l’édition Platform Africa du magazine de photographie Aperture, et membre du comité de sélection de la bourse Soros Arts Fellowship 2020.

Diallo est également corédactrice de l’anthologie trilingue Untie to Tie: Colonial Fragments in School Contexts. Son projet de recherche doctorale examine comment les effacements et les vides épistémologiques ainsi que les notions de noirceur et de race sont entrelacés avec les infrastructures de réparation et de création dans les espaces urbains de Berlin et de Dakar.

Diallo est titulaire d’une licence [BA] en études européennes de Queen Mary, University of London et d’une maîtrise [MA] en éducation interculturelle de la Freie Universität de Berlin.

Katerina Gonzalez Seligmann

Seligmann (pronoms iel ou elle) est une spécialiste de la littérature et de l’histoire intellectuelle des Caraïbes, une traductrice littéraire et l’auteure de Writing the Caribbean in Magazine Time (Rutgers University Press, 2021).

Seligmann est professeure associée d’espagnol et d’études caribéennes à l’Université du Connecticut, au sein du département des littératures, cultures et langues et d’El Instituto : Institute of Latina/o, Caribbean, and Latin American Studies.

Seligmann est également chercheur au sein du groupe Aimé Césaire de l’équipe des manuscrits francophones à l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) de l’École normale supérieure de Paris et a publié des essais autour de l’histoire intellectuelle des Caraïbes, s’intéressant notamment à la traduction, l’adaptation, les infrastructures et les magazines littéraires.

Pascale Obolo

Obolo (née à Yaoundé, Cameroun) est une cinéaste-chercheuse, commissaire d’exposition indépendante et rédactrice en chef de la revue d’art Afrikadaa.

Elle a étudié au Conservatoire Libre du Cinéma Français en section réalisation, puis a obtenu un master de cinéma à Paris 8, en cinéma expérimental.

Ses derniers travaux interrogent les archives à travers la construction de récits historiques dans une perspective décoloniale, autour des représentations visuelles et culturelles de l’histoire politique et économique, à travers la photographie, la vidéo, la performance et la musique.

Ses recherches portent sur les différentes pratiques de transmission des savoirs et les pédagogies décoloniales dans l’art et dans les milieux militants. Exposer la pensée sous toutes ses formes est sa pratique curatoriale. Elle pratique la réalisation d’expositions comme une activité artistique collaborative, renforçant le dialogue artistique et social.

Elle partage un intérêt pour les formes collectives de production culturelle, en particulier pour la façon dont les récits effacés et les actes individuels d’imagination et de fabulation dans des contextes partagés peuvent à nouveau exister et devenir collectifs.

Elle dirige l’African Art Book Fair, un salon indépendant soutenant des pratiques éditoriales singulières. Elle a récemment rejoint l’équipe de Miss Read (festival et salon du livre d’art de Berlin) en tant que codirectrice.