Skip to main content
Event

Ecologies of Publishing: Feminist Editing and Re-thinking peer-reviewing

Event information>

Dates

How might feminist editing practices disrupt existing hegemonic structures and reshape publishing landscapes beyond trends?

Feminist Editing and Re-thinking peer-reviewing

This event is the second session in the “Ecologies of Publishing” seminar series, focusing on the intersection of publishing practices and ecological, colonial and knowledge-related issues. The series is a bilingual (French-English) platform where scholars and practitioners delve into publishing’s diverse practices and politics, reimagining publishing worlds as complex, relational ecologies.

In October 1980, intersectional feminist and civil rights activist Audre Lorde said during a phone call with Black feminist writer and activist Barbara Smith: “We really need to do something about publishing.” A year later, Kitchen Table: Women of Color Press was officially launched in the U.S., founded by Lorde and Smith together with Cherríe Moraga and Hattie Gosett. As Smith later wrote, in 1989: “As feminist and lesbian of color writers, we knew that we had no options for getting published except at the mercy or whim of others—in either commercial or alternative publishing, since both are white dominated.” More than thirty years on, the publishing landscape is decidedly different. And yet the work is far from complete. For many, the increasing representation of feminist, women of colour and queer writing is problematic to the degree that such intersecting positions have become hyper-marketable, leaving by the wayside the original political gesture of the 1980s and changing little in the functioning of the mainstream publishing industry.

Rather than simply thinking about publishing work by feminists or about feminism, many have since posed variations on the following question about feminist approaches to publishing itself: “Can feminism[s] be a paradigm shift in publishing, rather than a passing fashion?” If, as this seminar series advances, the practices of publishing and editing can be political tools, how might feminist approaches help to re-think and intervene in existing structures and to build sustainable (anti-capitalist) alliances? In the context of academic publishing, the COVID pandemic in particular provided a portal for feminist publishing collectives to ask questions about labour (of authors, editors, translators and peer-reviewers), access to knowledge, and cooperation and collaboration instead of competition: issues that had long exhausted many but that became more widely legible.

Across different fields of publishing, feminist approaches pose the question of how to build more sustainable infrastructures that cultivate authors longer-term and nurture diverse forms of writing—a question increasingly posed by those seeking to break away from the rigid, hierarchical and increasingly unfeasible model of peer-reviewing within academic publishing. And if experiments are taking place with peer-reviewing of the written form, what about other forms of expression such as the visual or aural? If decolonial approaches to publishing and knowledge production seek to undo the hierarchies of different forms of thinking, research and expression, how to peer-review “multi-modal” or multisensorial forms of research? 

Speakers

Gabriel Dattatreyan is an ethnographer, filmmaker, visual artist, and an associate editor for American Anthropologist. His written and creative works attend to processes of racialization, performances of masculinity, and Afro-Asian interactions and their histories in India, the United Kingdom, and the United States. He is the author of two books: The Globally Familiar: Digital Hip Hop, Masculinity, and Urban space in Delhi, India (Duke University Press, 2020) and Digital Unsettling: Decoloniality and Dispossession in the Age of Social Media (with Sahana Udupa, NYU Press, 2023). Gabriel’s films have screened in international festivals, including the Tasveer International Film Festival, Ethnografilm Paris, The International Film Festival of Kerala (IFFK), and the German International Ethnographic Film Festival. He has exhibited his video and sound installations in various venues, including Khoj Arts (Delhi), Slought Foundation (Philadelphia), and Bow Arts (London). He is currently an Assistant Professor in the Department of Anthropology, New York University having previously taught visual anthropology for several years at Goldsmiths, University of London.

Yasmin Gunaratnam is a sociologist interested in how different types of asymmetries are created, lived with and remade and how these processes infuse the local and global. Yasmin is author of Researching Race and Ethnicity: Methods, Knowledge and Power (Sage, 2003) and Death and the Migrant: Bodies, Borders, Care (Bloomsbury, 2013). She is one of the co-authors of Go Home? The Politics of Immigration Controversies (Manchester University Press, 2017). Yasmin has edited numerous collections and journal issues and was a member of the Feminist Review editorial collective and curated the academic pages of Media Diversified. Yasmin is Chair in Social Justice at the School of Education, Community and Society, King’s College, London. Before joining Kings in September 2021, she taught in the Sociology department at Goldsmiths and was co-director of the Centre for Feminist Research. Yasmin tweets @YasminGun.

Juliette Rousseau is an author, editor, translator, feminist and environmental activist. She has fought on many different fronts, from student trade unionism to alter-globalisation, feminism and climate justice. She now works for the cooperative publishing house, éditions du commun (Rennes), where she heads the poetry collection. She is a member of the “Éditer en féministes" collective and co-author of the tribune “Le féminisme est aussi une affaire d’édition” (Feminism is also a publishing issue) (Médiapart, 2021). Together with Sylvain Bertrand and Benjamin Roux of éditions du commun, she has produced a series of podcasts on publishing practices entitled “Les mécaniques du livre” and an éditions du commun blog on the French news site, Médiapart. She is the author of Le Vie têtue (Collection Sorcières, éditions Cambourakis, 2022).
 

Editer en féministe et repenser les comités de lecture

Cet événement est la deuxième session de la série de séminaires « Écologies de l'édition », qui se concentre sur l’intersection entre les pratiques de l’édition et les questions d’écologie, de colonialisme et de savoir.  Il s’agit d’une plateforme bilingue (français-anglais) où les chercheurs et les praticiens se penchent sur les diverses pratiques et politiques de l'édition, réimaginant les mondes de l'édition comme des écologies complexes et relationelles.

Octobre 1980. Audre Lorde, féministe intersectionnelle et militante des droits civils, déclare lors d’un appel téléphonique avec l’écrivaine et militante féministe Noire Barbara Smith : « Nous devons vraiment faire quelque chose pour l’édition ». Un an plus tard, Kitchen Table: Women of Color Press était officiellement lancée aux États Unis, fondée par Lorde et Smith avec Cherríe Moraga et Hattie Gosett. Comme Smith l’a écrit plus tard, en 1989 : « En tant qu’écrivaines féministes et lesbiennes de couleur, nous savions que nous n’avions pas d’autres options pour être publiées que d’être à la merci des caprices des autres - que ce soit dans l’édition commerciale ou alternative, puisque toutes deux sont dominées par les Blancs ». Plus de trente ans plus tard, le paysage de l’édition est résolument différent. Et pourtant, le travail est loin d’être terminé. Pour beaucoup, l’accélération de la publication d’écrits féministes, de couleur et queer est le symptôme de l’absorption par le marché dominant de pratiques et d’identités minoritaires, markéting décomplexé qui laisse sur le bord du chemin le geste politique original des années 1980 et ne change à l’arrivée pas grand-chose au fonctionnement de l’industrie éditoriale grand public.

Plutôt que de simplement s’attacher à la publication de travaux de féministes ou à propos du féminisme, de nombreuses personnes ont proposé d’investir de différentes manière la question suivante : « Plus qu’un effet de mode, le féminisme peut-il être un changement de paradigme dans l’édition ? ». Si, comme l’avance cette série de séminaires, les pratiques de publication et d’édition peuvent être des outils politiques, comment les approches féministes pourraient-elles aider à repenser et à transformer les structures existantes afin de construire des alliances (anticapitalistes) durables ? Dans le contexte de l’édition académique, la pandémie de COVID a offert une occasion particulière aux collectifs d’édition féministes de poser des questions sur le travail (des auteurices, des éditeurices, des traducteurices et des relecteurices), l’accès au savoir, la coopération et la collaboration au-delà des logiques de compétition : des questions qui ont longtemps épuisé beaucoup de monde, mais qui sont devenues dans le même temps plus largement partagées. 

Dans différents domaines de l’édition, les approches féministes interrogent la construction d’infrastructures durables à même d’accompagner les auteurices sur le long terme et de nourrir la diversité de leurs écritures. Cette question se pose également de manière pressante pour celles et ceux qui cherchent, au sein de l’édition universitaire, à s’affranchir du modèle rigide, hiérarchique et désuet des comités de lecture (peer-reviewing). Si les approches décoloniales de l’édition et de la production des savoirs cherchent à défaire les hiérarchies des différents régimes de pensée, de recherche et d’expression, comment évaluer les formes « multimodales » ou « multisensorielles » de recherche qui feraient appel par exemple à des approches visuelles ou sonores ?
 

Intervenant.es

Gabriel Dattatreyan est ethnographe, cinéaste, artiste visuel et éditeur associé pour la revue, American Anthropologist. Ses écrits et ses œuvres créatifs portent sur les processus de racialisation, les représentations de la masculinité, les interactions afro-asiatiques et leur histoire en Inde, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il est l’auteur de deux livres : The Globally Familiar: Digital Hip Hop, Masculinity, and Urban space in Delhi, India (Duke University Press, 2020) et Digital Unsettling: Decoloniality and Dispossession in the Age of Social Media (avec Sahana Udupa, NYU Press, 2023). Les films de Gabriel ont été projetés dans des festivals internationaux, notamment le Tasveer International Film Festival, Ethnografilm Paris, The International Film Festival of Kerala (IFFK), et le German International Ethnographic Film Festival. Il a exposé ses installations vidéo et sonores dans divers lieux, notamment à Khoj Arts (Delhi), à la Slought Foundation (Philadelphie) et à Bow Arts (Londres). Il est actuellement professeur assistant (Assistant Professor) au département d’anthropologie de l’Université de New York, après avoir enseigné l’anthropologie visuelle pendant plusieurs années à Goldsmiths, Université de Londres.

Yasmin Gunaratnam est une sociologue qui s’intéresse à la façon dont différents types d’asymétries sont créés, vécus et reproduits et à la manière dont ces processus infusent le local et le global. Yasmin est l’auteurice de Researching Race and Ethnicity: Methods, Knowledge and Power (Sage, 2003) et de Death and the Migrant: Bodies, Borders, Care (Bloomsbury, 2013). Elle est l’une des co-auteurices de Go Home? The Politics of Immigration Controversies (Manchester University Press, 2017). Yasmin a édité de nombreuses collections et numéros de revues et a été membre du collectif éditorial de Feminist Review et commissaire des pages académiques de Media Diversified. Yasmin est titulaire de la chaire de justice sociale à l’École d’éducation, de communauté et de société, au King’s College de Londres. Avant de rejoindre Kings en septembre 2021, elle a enseigné dans le département de sociologie de Goldsmiths, Université de Londres et a été codirectrice du Centre for Feminist Research. Yasmin tweete @YasminGun.

Juliette Rousseau est autrice, éditrice, traductrice, militante féministe et écologiste. Elle a participé à différents terrains de lutte : du syndicalisme étudiant à l’altermondialisme, en passant par le féminisme et la justice climatique. Elle travaille maintenant pour la maison d’édition coopérative, les éditions du commun (Rennes), dont elle dirige la collection de poésie. Elle est membre du collectif « Éditer en féministes » et co-autrice de la tribune, « Le féminisme est aussi une affaire d’édition » (Médiapart, 2021). Avec Sylvain Bertrand et Benjamin Roux des éditions du commun, elle a produit une série de podcasts concernant les pratiques éditoriales intitulée « Les mécaniques du livre » et un blog des éditions du commun sur Médiapart. Elle est autrice de Le Vie têtue (Collection Sorcières, éditions Cambourakis, 2022).